Blog

Bienvenue sur le BLOG de l'Art du Vivant.

Nous vous invitons à prendre connaissance des infos que nous relayons ici.

N'hésitez pas à réagir par vos commentaires;

nous les publierons volontiers!

Tenir les insectes à distances...

A bon entendeur...

Plantes

monter en neige le jus de pois chiche

Jusmousse 850x478

Pour remplacer les blancs d'oeufs battus en neige.

Une solution qui marche très bien pour les personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas manger d'oeufs: le jus de pois chiches.

Vous souhaitez monter en neige du jus de pois chiches afin de l’utiliser dans différentes recettes en remplacement des blancs d’œufs. Suivez ces quelques conseils pour éviter les embûches :

. Si vous utilisez des pois chiches en conserve, recueillez le jus dans lequel ils ont baigné et fouettez-le au fouet électrique ou au robot pour une meilleure efficacité.

. N’hésitez pas à battre longtemps, le jus va d’abord devenir légèrement mousseux puis se transformer en une mousse blanche bien compacte. Il ne doit rester aucun liquide dans le fond du bol. C’est à ce moment-là que le jus monté est prêt.

. Selon votre recette, vous pouvez rajouter du sucre en poudre ou du sucre glace.

. Plus vous mettrez de sucre, plus la mousse sera dense et aura une meilleure tenue.

. Si vous utilisez le jus de pois chiches que vous cuisez vous-même, le liquide à conserver est bien l’eau de cuisson des pois chiches (et non l’eau de trempage). Dans ce cas, une fois les pois cuits, il est conseillé de faire réduire encore l’eau de cuisson afin d’obtenir un liquide assez épais et visqueux. Laissez-le ensuite refroidir avant de le monter.

. Dans tous les cas, le jus de pois chiches non monté se conserve 4 jours au réfrigérateur dans une boite fermée. Une fois monté, il est conseillé de l’utiliser le plus rapidement possible pour éviter qu’il ne retombe.

. Dernière petite astuce : vous pouvez faire de même avec le jus des haricots rouges, lentilles, et autres légumineuses !

Source: Association végétarienne de France

La sauge

LA SAUGE

Avec plus de 500 espèces, la sauge est la plante qui sauve. On disait d'ailleurs "sauge dans son jardin, éloigne le médecin".
Les propriétés de la sauge sont nombreuses: - régulatrice de la transpiration, antiseptique, anti-microbienne, antispasmodique, tonique des voies digestives, fortifiant cérébral et au pouvoir antioxydant (lié à la présence d'acide rosmarinique et de diterpènes).
Elle est excellente en cas de maladies dites putrides (certaines fièvres). 
Elle stoppe les sueurs des convalescents.
Elle combat l'asthénie nerveuse.
Elle régule les menstruations, les hormones (attention donc elle est interdite durant la grossesse et l'allaitement et à éviter en cas de cancer hormonodépendant)
Elle soulage les ballonnements, les flatulences, la lenteur de digestion.
Elle soulage les cystiques.
Elle est hypertensive.
Elle s'utilise en infusion trois tasses par jour. L'usage en huile essentielle est plus délicat, s'en référer à une personne compétente!

En externe, en compresse, elle calme les démangeaisons et cicatrise rapidement les ulcères aux jambes. Elle favorise la guérison des plaies.

En gargarisme elle désinfecte (en cas d'aphte par exemple).

Source: Buena Onda

Sauge

Le paillage

C'est sûr, après la pluie, le beau temps, alors, pour que la terre ne se dessèche pas...

Avantage paillage naturel

Celle qui bruisse

Celle qui bruisse

"Le vivant
Le vivant n'est pas une propriété, un bien qu'on pourrait acquérir ou protéger.
C'est un milieu, c'est un champ qui nous traverse dans lequel nous sommes immergé, fondu, ou électrisé, si bien que s'il existe une éthique en tant qu'être humain, c'est d'être digne de ce don sublime d'être vivant et d'en incarner, d'en déployer autant que faire se peut les puissances.

Qu'est ce qu'une puissance?
Une puissance de vie.
C'est le volume de liens, de relations qu'un être est capable de tisser et d'entrelacer sans se porter atteinte ou encore c'est la gamme chromatique des affects dont nous sommes capables.
Vivre revient alors à accroître notre capacité à être affecté dans notre spectre ou notre amplitude, à être touché, changé, ému, contracter une sensation, contempler, habiter un instant ou un lieu.
Ce sont des liens élus.
A l'inverse, faire face à des stimulus et y répondre sans cesse, pollue notre disponibilité.
L'économie de l'attention ne nous affecte pas, elle nous infecte.
Elle encrasse les fils subtils sans lesquels il n'est pas de discrimination saine.
Entre les liens qui libèrent et ceux qui aliènent, nos puissances de vivre relèvent d'un art du lien qui est déjà en soi une politique, celle de l'écoute et de l'accueil, de l'hospitalité au neuf qui surgit;
Si bien, qu'il devient crucial d'aller à la rencontre, à la rencontre aussi bien d'un enfant, d'un groupe, d'une femme que de choses plus étranges comme rencontrer une musique qui te troue, un livre intranquille, un chat qui ne s'apprivoise pas, une falaise.
Côtoyer un arbousier en novembre..
Epouser la logique d'une machine.
Rencontrer une lumière, la mer, un jeu vidéo, une heure de la journée, la neige.
Faire terreau pour que les liens vivent; les liens amicaux ou amoureux, collectifs ou communautaires bien sûr mais, au delà et avec plus d'attention encore, les liens avec le dehors, le pas de chez nous, l'outre soi, avec l'étranger d'où qu'il vienne.

Et plus loin encore, hors de l'humain qui nous rassure, les liens avec la forêt, le maquis, la terre, avec le végétal comme avec l'animal, les autres espèces et les autres formes de vie.
Se composer avec, les accepter, nouer avec elles, s'emberlificoter.
C'est un alliage et c'est une alliance.

Peut-être n'est-il qu'une seule révolte au fond contre les parties mortes en nous; cette mort active dans nos perceptions, saturées de pensées qu'on mécanise, de sensations éteintes.
Etre du vif, relever du vif.
Devenir moins celui qui brûle que celle qui bruisse.
Amener au point de fusion nos puissances pour en offrir l'incandescence à ceux qu'on aime.
Alain Damasio 
Ce texte inédit a été spécialement écrit et lu par Alain Damasio pour l'émission d'Augustin Traquenard "Boomerang" le 14 mai 2019 sur France Inter

Georges chapouthier

"L'homme, un pont entre deux mondes: nature et culture."

Georges Chapouthier

Gratiferia

Gratif 1Gratiferia

Marché de producteurs à Badefols

Bonjour,

j'ai le plaisir de vous annoncer la création d'un marché des producteurs locaux à Badefols le vendredi soir, toute l'année!!!

Parlez en à votre entourage!!

Il aura lieu dès vendredi prochain, de 18h à 21h, place de la Mairie.

Nous avons créé ce groupe Cagette afin que vous puissiez commander les produits des différents prodcuteurs présents sur le marché: Corinne Vitrac (GAEC Vitrac), Marie Serrano (Le Potager de la Bouriette), Jeremy Mouillac (La ferme du canal), Jessie Moulet et Vincent Machado (la Potagerie de Camansou).

Le groupe Cagette La Potagerie de Camansou à Badefols du lundi après-midi va fermer la semaine prochaine.

A vendredi prochain!

Jessie              http://→ Les Producteurs du Pays Lindois     Liens

"Je ne change pas, je voyage..."

Je ne change pas je voyage

Je ne change pas, je voyage, je me visite moi-même, comme un pays perpétuellement inconnu.
___ Fernando Pessoa ____

 

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris