Blog

Bienvenue sur le BLOG de l'Art du Vivant.

Nous vous invitons à prendre connaissance des infos que nous relayons ici.

N'hésitez pas à réagir par vos commentaires;

nous les publierons volontiers!

Notes d'Afrique

Pour commencer l'année en musique!

Sona Jobarteh performed in Weimar on invitation of the University of Music FRANZ LISZT Weimar and its UNESCO Chair of Transcultural Music Studies (TMS). The TMS Chair regularly invites artists to bring the musicology students into contact with various musical cultures for inspiration and exchange. Sona Jobarteh is the first female Kora virtuoso to come from a west African Griot family. The Kora is one of the most important instruments belonging to the Manding peoples of West Africa (Gambia, Senegal, Mali, Guinea and Guinea-Bissau). It belongs exclusively to griot families, and usually only men who are born into these families have the right to take up the instrument professionally. Sona Jobarteh combines various genres of African Music and western musical elements. Sonah Jobarteh – Acoustic Guitar/ Kora/ Vocals Kari Bannermann – Acoustic Guitar Andi McLean – Electric Bass/ BVs Mouhamadou Sarr – Djembe/ Congas/ Calabash/ BVs Recorded on 1 July 2015 at the "mon ami", Weimar.

Le petit pont des bêtes

UN PETIT PONT TRRRRES FREQUENTE!

Jean Chevallier:

Pour finir l'année doucement, un résumé du piègeage-photo sur le petit tronc si fréquenté. Dans l'ordre d'apparition: chat ,ragondin, rougegorge, grive mus, campagnol roussâtre, putois /grenouilles, colvert, couleuvre, colvert/juv, chat, renard, râle d'eau ad et juv,belette, martre, chat/juv foulque, râle imm, renard, milouin f/juv, chat en chasse, pic épeiche imm , foulque immature/ragondin, corneille, héron/carpe, martre, chatte chaton, grenouille, tourterelle des bois, écureuil, martin pêcheur, geai, renard, sanglier, mulot/ragondin, mulots, grand et petit, campagnol et musaraigne, rat des moissons pbt, muscardin possible, surmulot, raton laveur et blaireaux.... en Champagne (France) PS peut être regardé en HD
English summary: wild cat, fox , badger, racoon, weasel, polecat, rodents and a few birds... on a little trunk. Champagne (France) year 2018.
To license or use in a commercial player, please contact news@kennedynews.co.uk or call +44 161 697 4266'

2019!

A l'aube de 2019,

l'Association Art du Vivant vous présente 

ses meilleurs voeux de santé et de bonheur

pour chaque jour de l'année!

Beaute du geste

Sky World

  Theresa Bear Fox - Sky World, performed by Teio Swathe

 

Nous y voilà, nous y sommes

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance.
Nous avons chanté, dansé.
Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.
Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demandront quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.
C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.
La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.
De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.
Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi, ou crevez avec moi.
Evidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux.
D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille) récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).
S'efforcer. Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.
Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.
Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas
Archéologue et écrivain

Le Temps des Forêts

A Sarlat

SOIRÉE DÉBAT: LE TEMPS DES FORETS // VENDREDI 14 DÉCEMBRE À 20H30

avec le Collectif Transition du Périgord Noir

Soirée Débat: LE TEMPS DES FORETS // Vendredi 14 Décembre à 20h30

Le Temps des forêts

Réalisé par François-Xavier Drouet

Symbole aux yeux des urbains d'une nature authentique, la foret francaise vit une phase d'industrialisation sans precedent. Mecanisation... Voir la suite

Infos et horairesRéservez

Si le ciel le permet

  Avec beaucoup d'humilité, si le ciel le permet, nous irons à Carves, samedi.

CARVES

Samedi 20 octobre à 20h30

Pourquoi Carvès. Carvès, à 242 mètres d'altitude, est une émergence d'où l'on peut scruter l'horizon à 360°. Maryvonne Chaumel, maire de Carvès, a bien voulu que les portes de la P'tite salle de ce village soient ouvertes pour cette soirée, dans les étoiles.

Sans titre 3.jpg

Croisons les doigts et espérons que d'ici là, les prévisions météorologiques du 20 octobre  ne s'infléchiront pas.

La voûte céleste, l'impressionnant décor infini à portée de tous. 

lumiere-nocturne_nicolas-escurat_600x400.jpg
 
miroir-celeste_nicolas-escurat_600x400.jpg
Photo © Nicolas Escurat Photo © Nicolas Escurat
 

Nicolas Escurat n'est pas un quelconque photographe que l'on peut rencontrer en reportage lors d'une manifestation.

Nicolas réalise d'extraordinaires photographies mettant en scène la Dordogne, fleuve qui l'a conquis, mais aussi des perspectives avec des images de la voûte céleste. 

Nicolas aime la forêt qu'il sait en danger. Il sait qu'il faut beaucoup de professionnalisme pour la valoriser en veillant à l'harmonie de son implant, atout majeur de l'équilibre rural.

 

Nicolas, qui affirme sa passion pour la Nature, a été remarqué lors de la Fête de la nature, à Belvès, où ses images ont été des pièces maîtresses retenues par le jury.

Résultat de recherche d'images pour "Nicolas Escurat"

 Photo © Bernard Malhache

Nicolas partage l'inquiétude stressante des amis de la Nature qui, impuissants face au réchauffement de la planète imputable à l'impéritie humaine, assistent à la montée des océans et à la fonte des glaciers. Sa dernière interpellation concerne l'Islande, immense sanctuaire naturel où la glace et le feu sont les metteurs en scène d'une île d'exception. Cf Nicolas Escurat sur Facebook.

Le thème conducteur de la soirée sera "Soyons humbles en mesurant l'insignifiance des humains dans le cosmos".

La voûte céleste ne manque pas d'émerveiller celles et ceux qui ont la chance de pouvoir l'observer. Il n'est nul besoin d'aller se geler au Pic du Midi de Bigorre d'où, si la transparence de l'horizon le permet, on peut observer la Voie lactée et, avec beaucoup de chance, on peut apercevoir les lumières de Toulouse et le scintillement du phare de Biarritz.

Si l'on se rend dans la ruralité profonde, à condition de neutraliser l'éclairage public, on ne se lassera pas de regarder le ciel et, pour les plus avisés, de situerle Grand Chariot, l'Étoile polaire, Vénus, la Lune.

En croisant les doigts et en espérant que le soir de ce samedi 20 octobre soit clair, sur la place du village de Carvès, nous devrions pouvoir apprécier ce spectacle édifiant qui ne demande qu'une chose, l'humilité des spectateurs.

Ensuite, nous irons dans la P'tite salleobligeamment offerte par la commune de Carvès, visionner l'exposé (12 minutes) d'Aurélien Barrau. Aurélien Barrau est un astrophysicien français spécialisé dans la physique des astroparticules, des trous noirs et en cosmologie. Il travaille au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble sur le polygone scientifique. 

Bernard Bousquet Bernard Bousquet, forestier et écologue, consultant en environnement, est attendu à cette soirée. Bernard Bousquet a consacré toute son expérience professionnelle dans des projets de gestion d’aires protégées et de la biodiversité. Bernard Bousquet est familier de techniques de comptage terrestre et aérien de la grande faune.
Bernard Bousquet

Ses expériences les plus marquantes concernent l’Asie centrale : création d’un parc transfrontalier entre le Tadjikistan et Kirghizistan, la Chine : projet d’aménagement de 9 réserves naturelles, la Turquie : projet banque mondiale d’amélioration de la gestion de la biodiversité, Madagascar : classement, ensuite, du patrimoine mondial du parc national des Tsingy, réserve de biosphère.

Il a également effectué des expertises dans plusieurs réserves de biosphère et sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Bernard Bousquet a publié  » Le Guide des Parcs Nationaux d’Afrique  » et  » Le magicien de Petra  » dans l’édition Harmattan, en 2016.

Bernard Bousquet est attendu ce 20 octobre, à Carvès.

 ___________

 Ne confondons pas le ciel, figure intemporelle qui n'a pas de limite, au Ciel, autre figure tout aussi imaginaire, à laquelle les humbles habitants de la Terre croient ou ne croient pas.

Ce samedi 20 octobre, si le ciel est dégagé, nous irons à Carvès, promontoire dégagé pour observer cette voûte céleste. Nous savons tous qu'une certaine nuit, dite du 4 août, en fait, c'était celle du 3 au 4, en 1789, emporté par la fougue d'idées nouvelles, le Duc d'Aiguillon s'enflamma pour impulser l'Abolition des privilèges et des droits seigneuriaux. Qu'en reste-t-il ?

Nous, les résidents de la ruralité profonde, nous avons, depuis, conservé un privilège pour l'heure imprenable : celui de pouvoir observer la voûte céleste avec sa multitude de points scintillants. Celles et ceux qui habitent Neuilly-sur-Seine ou le prestigieux XVIèmearrondissement de Paris, même celles et ceux qui habitent dans les moins éclairées H.L.M. de cet humble arrondissement, ne peuvent jouir du spectacle gratuit que nous offre le cosmos. La pollution visuelle leur obture ce champ de vision.  

Nous avons tous entendu parler du Big Bang, grosse explosion, datation estimée à 14 milliards d'années. Elle nous laisse perplexes et sans voix. Si l'on a tant soit peu de bon sens, elle nous fait réfléchir sur l'insignifiance de notre place dans l'infini.

La réplique anthologique, empreinte d'humour et d'angoisse, de Michel Audiard "Bonjourmessieurs-dameson fait que de passer" dans Taxi pour Tobrouk, pourrait s'appliquer à une bien imaginaire forme de civilité adressée à toutes les formes qui se croisent, parfois s'entrechoquent, dans le cosmos.

Quelques figures réelles ou de l'esprit.  Futura sciences etWikipédia

Big bang. Terme inventé dans les années 1950 (au cours d'un programme de la BBC) par l'astrophysicien anglais Fred Hoyle pour désigner avec ironie, le concept "d'explosion originelle" introduit dans le modèle cosmologique initialement développé dans les années 1920, par l'astrophysicien belge Georges Lemaître et le physicien russe Alexander Friedmann. Futura sciences

Le Big Bang est un modèle cosmologique utilisé par les scientifiques pour décrire l'origine et l'évolution de l'Univers. 

Le ciel est l'étendue visible au-dessus du sol depuis la surface de la Terre, de l'horizon au zénith, dans laquelle on observe les météores et les mouvements réguliers des astres. 

La Voie lactée, aussi nommée la Galaxie, est une galaxie spirale barrée dont le diamètre est estimé à environ 200 000 années-lumière, bien que le nombre d'étoiles au-delà de 120 000 années-lumière, soit très faible. Elle comprend de 200 à 400 milliards d'étoiles et au minimum 100 milliards de planètes. 

Son âge, bien antérieur à toutes les rédactions de  matrices d'état civil, est estimé à 13,51 milliards d'ans. Il apparaît impossible de compter le nombre d'étoiles, diverses estimations oscillent entre 150 et 250 milliards.

Résultat de recherche d'images pour "grand chariot"

Le Grand Chariot ou La Grande Ourse, voire "La grande casserole", bon sang cette allégorie est bien "permissive" pour une aussi belle figure de la voûte céleste !

Image © Novapix, Stéphane Aubin.

 

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris