Bruxelles

 

Printemps frisquet, assourdissant... 

... fais-nous sentir la force de vie qui monte en nous,

telle la sève dans le corps de nos frères les arbres.

 

Ce matin gris du 22 mars,

des hommes perdus ont brûlé les ailes de Bruxelles,

lui ont jeté un vilain pétard dans le ventre.

 

Pour nos amis, ces inconnus disparus dans la fumée des bombes,

pour leurs proches;

pour cette injure faite à la vie...

Pour les personnes blessées dans leur corps, dans leur être,

pour tous ceux qui les aiment et les soutiennent;

pour ma ville attaquée... pour les villes attaquées... 

 

Pour celles et ceux qui fuient l'enfer lointain et disparaissent en chemin;

pour ceux qui prennent un dieu en otage et imposent leur loi inique,

pour ces enfants aveuglés qui ont commis l'irréparable...

 

Nos coeurs pleurent.

Comme les bourgeons, il attendent de se réchauffer encore un peu

avant de s'ouvrir tout grand et vous dire:

"Je vous aime"

 

Le printemps fleurira tout à l'heure,

et avec lui, nos rires jailliront. 

 

                

 
Ajouter un commentaire

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris