Bruxelles

 

Printemps frisquet, assourdissant... 

... fais-nous sentir la force de vie qui monte en nous,

telle la sève dans le corps de nos frères les arbres.

 

Ce matin gris du 22 mars,

des hommes perdus ont brûlé les ailes de Bruxelles,

lui ont jeté un vilain pétard dans le ventre.

 

Pour nos amis, ces inconnus disparus dans la fumée des bombes,

pour leurs proches;

pour cette injure faite à la vie...

Pour les personnes blessées dans leur corps, dans leur être,

pour tous ceux qui les aiment et les soutiennent;

pour ma ville attaquée... pour les villes attaquées... 

 

Pour celles et ceux qui fuient l'enfer lointain et disparaissent en chemin;

pour ceux qui prennent un dieu en otage et imposent leur loi inique,

pour ces enfants aveuglés qui ont commis l'irréparable...

 

Nos coeurs pleurent.

Comme les bourgeons, il attendent de se réchauffer encore un peu

avant de s'ouvrir tout grand et vous dire:

"Je vous aime"

 

Le printemps fleurira tout à l'heure,

et avec lui, nos rires jailliront. 

 

                

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau