Gayatri

 

Gāyatrī mantra

Nul besoin de pratiquer l'hindouisme pour apprécier les bienfaits de ce mantra issu du fond des âges...

Bonne écoute...

Pour plus d'informations, voici la présentation succinte que l'on peut en trouver sur Wikipédia.

 


Le mantra Gāyatrī (sanskrit : गायत्री gāyatrī) provient du Rig-Veda (III, 62, 10). Il est considéré comme le mantra le plus sacré des Véda, les textes ancestraux de l'hindouisme. C'est en fait une invocation au soleil, qui peut se faire dans une rivière, lors du lever et du coucher de cette étoile ; c'est aussi une métaphore pour invoquer l'Existence qui illumine nos consciences quotidiennement, voir : Gayatri Mantra(en).

  Texte

ॐ भूर्भुवः स्वः ।
तत् सवितुर्वरेण्यं ।
भर्गो देवस्य धीमहि ।
धियो यो नः प्रचोदयात् ॥
  • Translittération :
Oṃ bhūr bhuvaḥ svaḥ
tát savitúr váreṇyaṃ
bhárgo devásya dhīmahi
dhíyo yó naḥ pracodáyāt
  • Traduction :
Om, Cieux, Terre et Eau,
Que l'excellent Soleil,
Brillant, divin et pieux,
Nous aide à méditer sur nos intellects galopants.
 
Interprétations

Interprétation de William Jones

Sir William Joneslinguiste et chercheur sur l'Inde ancienne, interprète le mantra de la manière suivante :

« Adorons la suprématie du soleil divin, source de toute lumière de ce monde : c'est à lui que nous sommes redevables de nos plaisirs. Tout procède de son essence, et tout retourne dans son sein. Invoquons-le pour diriger nos facultés conceptives, de manière à comprendre complètement la composition de sa nature sainte et divine. »1.

Interprétation par l'Ārya-Samāj

« O Dieu, Tu es Celui qui donne la Vie, Celui qui enlève la peine et le chagrin, Celui qui accorde le bonheur. O Créateur de l'Univers, puissions-nous recevoir Ta lumière suprême destructrice du péché ; puisses-tu guider notre esprit dans la bonne direction. »

Interprétation de Swami Parthasarathy

Om, Cieux, Terre et Eau,
Que l'excellent soleil,
Brillant, divin et pieux,
Nous aide à méditer sur nos intellects galopants.
 
Ajouter un commentaire

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris