Notes d'Afrique

Pour commencer l'année en musique!

Sona Jobarteh performed in Weimar on invitation of the University of Music FRANZ LISZT Weimar and its UNESCO Chair of Transcultural Music Studies (TMS). The TMS Chair regularly invites artists to bring the musicology students into contact with various musical cultures for inspiration and exchange. Sona Jobarteh is the first female Kora virtuoso to come from a west African Griot family. The Kora is one of the most important instruments belonging to the Manding peoples of West Africa (Gambia, Senegal, Mali, Guinea and Guinea-Bissau). It belongs exclusively to griot families, and usually only men who are born into these families have the right to take up the instrument professionally. Sona Jobarteh combines various genres of African Music and western musical elements. Sonah Jobarteh – Acoustic Guitar/ Kora/ Vocals Kari Bannermann – Acoustic Guitar Andi McLean – Electric Bass/ BVs Mouhamadou Sarr – Djembe/ Congas/ Calabash/ BVs Recorded on 1 July 2015 at the "mon ami", Weimar.

 
Ajouter un commentaire

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris