permaculture

Le paillage

C'est sûr, après la pluie, le beau temps, alors, pour que la terre ne se dessèche pas...

Avantage paillage naturel

S'amouracher de la bourrache

 

S'amouracher de la bourrache pour au moins trois raisons :

  • C'est une plante mellifère, qui attire les insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, syrphes...). Ceux-ci contribuent à donner plus de fruits au potager et au verger.
  • Elle éloigne les limaces et les escargots 
  • Elle étouffe les mauvaises herbes

​C'est une plante annuelle, qui aime le soleil et supporte assez bien la sécheresse.
On la 
sème en mars et avril, dans un terrain frais et profond, elle donne des fleurs de mi-mars à octobre. On peut aussi la semer à l'automne.


Son nom scientifique est : Borago officinalis
On la trouve chez de nombreux 
fournisseurs de graines.
On peut même manger les fleurs (en décoration d'un plat de crudité par exemple), et les feuilles (en salade ou cuites comme l'épinard).

Info recueillie sur Mon jardin en permaculture.

La consoude

La consoude est une plante géniale, non seulement en permaculture!
On peut aussi la consommer cuite comme les épinards, mais il faut manger les grandes feuilles (pas les petites).
La racine peut également être utilisée en cataplasme (une fois cuite et coupée menu) pour accélérer la réparation de fractures (d'où son nomde consoude, car elle ressoude les os!)... ce qui n'empêche pas, évidemment, de rendre visite à son médecin!

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris