Santé

  • Pour confectionner ses propres masques

    Pour qui souhaite confectionner ses propres masques, voici tout ce qu'il faut savoir sur les fameux masques AFNOR:

    https://masques-barrieres.afnor.org/home/faire-mon-masquebarriere?xtor=ES-5183-[newsletter_AetC_speciale_asso_finavril2020]

  • Guérir, se soigner grâce à l'argile

    Extrait du site internet de Jade Allègre:

    http://jade-allegre.com/boutique/commande/evenements/

    CORONAVIRUS

    Interview « L’argile, une tradition à l’efficacité avérée contre le coronavirus » avec Jade Allègre

    Interview réalisée par Rémy Pécot, voir le site

    https://www.observatoire-reel.com/

    Recommandations anti-infectieuses de J. Allègre, docteur en médecine et naturothérapeute le 28/03/2020 :

    CORONAVIRUS : DEUX TRAITEMENTS CURATIFS, AU CHOIX

    Vous présentez déjà des signes compatibles avec le covid – difficulté à faire entrer l’air dans vos poumons, toux sèche, perte du goût et/ou de l’odorat, fièvre, pâleur, épuisement  :

    1/Argile verte en poudre :

    2 à 3 cuillères à soupe 2 à 3 fois par jour, à deux heures de distance au minimum de toute autre médication, à quatre heures si possible (1/2 dose en dessous de 5 ans, 1/4 de dose en dessous de 1 an).

    Mode de préparation : en saupoudrage dans un verre d’eau. Laissez reposer 5 min puis touillez et avalez tout le contenu (ne pas utiliser de contenant ou d’ustensile en métal avec l’argile).

    Effet secondaire : Possible constipation passagère, dans ce cas SURTOUT AUCUN LAXATIF, car l’argile est en train de soigner vos intestins. Arrêter l’argile jusqu’à ce que les selles reprennent naturellement, puis reprendre l’argile.

    Boire à deux heures de distance au minimum de tout autre médicament, 4 heures à l’idéal.

    2/ ou bien Chlorure de magnésium (en pharmacie)

    1 sachet de 20 grammes à diluer dans 1 litre d’eau, à boire dans les 24 heures, autant de jours que nécessaire à l’arrêt des symptômes. (1/2 litre en dessous de 10 ans, 1/4 litre en dessous de 3 ans). On peut atténuer le goût désagréable en mettant au frigo quelques heures et en y ajoutant du citron.

    Effet secondaire : diarrhée, qui est nécessaire, ne pas l’interrompre

    Pour les patients hospitalisés, l’accord de l’équipe soignante est indispensable

    CORONAVIRUS : UN TRAITEMENT PRÉVENTIF

    Argile verte en poudre

    Pour les personnes qui donnent les soins aux malades, pour les proches confinés avec une personne malade, et pour toutes les personnes non atteintes, renforcer l’immunité :

    Argile verte 1 cuillère à soupe deux fois par jour (voir plus haut)
    Recommandé : Jeûne à l’eau de 24h/ semaine

    Où se procurer l’argile verte ? En pharmacie et en magasin diététique

    En Afrique, Asie et Amérique Centrale et du Sud, demander aux POTIERS où l’on peut trouver une argile qu’ils ne peuvent pas utiliser pour faire les pots, car ils éclateraient à la cuisson. Demander aux chasseurs où les animaux mangent l’argile. L’argile des potiers et celle qui est vendue pour la consommation des femmes enceintes est une argile « faible » : doubler les doses conseillées.

    ————————————————————————————————————————————-

    En curatif aussi : traitement avec macrolide et C3g du Dr Payard Franco, ou traitement avec plaquénil+ macrolide du Professeur RAOULT. En curatif également : Protocole chinois à la vitamine C https://blogs.mediapart.fr/…/la-chine-maitrise-le-coronavir…Attention : Si intraveineuse de vitamine C, ne pas arrêter le traitement brutalement, diminuer les doses au fil des jours afin de ne pas avoir de réaction trop brutale

    Lire la suite

  • Macerat de pâquerettes

    Macérat huileux de pâquerettes (transmis par Catherine Morin)

    Paquerettes

    * cueillir les fleurs de pâquerette
    * les mettre dans un pot en verre, à ras bord
    * remplir d'huile olive
    * recouvrir d'une gaze
    * laisser 25 à 40 jours au soleil, ou source de chaleur
    * si au soleil, mettre le bocal dans un sac en papier épais qui ne laisse pas passer de lumière, et placer le tout devant une fenêtre qui reçoit le soleil, ou dehors à un endroit qui reçoit le soleil plusieurs heures par jour.
    * secouer délicatement de temps en temps
    * transvaser le macérat en le filtrant (à l'aide par exemple d'un
    chinois), dans un pot ou un flacon de son choix, en pressant
    les fleurs pour récupérer un maximum de macérat.
    * étiqueter (composition, date) et stocker à l'abri de la lumière.

    Tout macérat huileux se fait à partir de la plante sèche.
    Il est impératif de bien faire sécher la plante auparavant, car tout reste d'humidité peut entraîner une fermentation de l'huile, qui fera au long terme rancir le macérat.
    Pour les fleurs fraîches, bien veiller à ce qu’elles ne soient pas humides (les cueillir en fin de matinée lorsque la journée est bien ensoleillée ou bien les laisser sécher une journée pour qu’elles perdent leur humidité).

    hématomes / inflammation de plaies / rhumatismes
    raffermir la peau vieillissante / peaux abîmées, inflammées
    suites de grossesse : relâchements, peaux distendues
    couperose / ecchymoses / jambes lourdes
    raffermit buste, décolleté
    traumatismes, contusions, entorses, furoncles
    foulure, rhumatisme, lumbago, courbature, torticolis
    dermatoses / régénération des vielles cicatrices
    décongestionne les zones œdémateuses

    saponines, tanins, sels minéraux, inuline,
    acides organiques (malique, tartrique, acétique, oxalique...)

  • Retrouver l'accroupissement

    Profitons de cette période si spéciale... pour nous accroupir!Un jeune garçon à Delhi, en posture accroupi

    L'accroupissement

     par 

    L’art oublié de l’accroupissement est une révélation pour les corps ruinés par la position assise

    Traduction de l’article The forgotten art of squatting is a revelation for bodies ruined by sitting de Rosie Spinks parue sur le site Quartzy  le 9 novembre 2017.

    Les phrases qui commencent par l’expression Un gourou m’a dit une fois … sont, le plus souvent, inductives. Mais récemment, alors que je me reposais à Malasana ou dans un cours de yoga à East London, j’ai été frappé par la seconde moitié de la phrase de l’instructeur: Un gourou m’a dit un jour que le problème avec l’Occident était de ne pas s’accroupir.

    Cela  est vrai. Dans une grande partie du monde développé, le repos est synonyme de s’asseoir. Nous nous asseyons sur des chaises de bureau, nous mangeons sur des chaises de salle à manger, nous faisons la navette assis dans des voitures ou dans des trains, puis revenons à la maison pour regarder Netflix depuis de confortables canapés. Avec de courts répits pour marcher d’une chaise à l’autre, ou de courts intervalles consacré à un exercice frénétique, nous passons nos journées à nous asseoir. Cette dévotion à placer nos arrières sur des chaises fait de nous une exception, à la fois à l’échelle planétaire et historiquement. Au cours du dernier demi-siècle, les épidémiologistes ont été contraints de changer leur façon d’étudier les mouvements. A l’époque moderne, le résultat obtenu est un problème distinct de la quantité d’exercice que nous réalisons.

    Notre échec à nous accroupir a des implications biomécaniques et physiologiques, mais il indique aussi quelque chose de plus important. Dans un monde où nous passons tant de temps dans nos têtes, dans les nuages ou sur nos téléphones, ne pas nous accroupir nous laisse dépourvus de la force d’ancrage que la posture nous a procurée depuis que nos ancêtres hominidés se sont dressés. En d’autres termes: Si ce que nous voulons, c’est être bien, il serait peut-être temps pour nous de nous baisser.

    Pour être clair, s’accroupir n’est pas seulement un artefact de notre histoire évolutionniste. Une grande partie de la population mondiale le fait encore quotidiennement, que ce soit pour se reposer, pour prier, pour cuisiner, pour partager un repas ou pour aller aux toilettes. (Les toilettes à la turque sont la norme en Asie et les latrines à fosse dans les zones rurales du monde entier demandent que l’on s’accroupisse. Lorsqu’ils apprennent à marcher, les tout-petits du New Jersey à la Papouasie-Nouvelle-Guinée s’accroupissent facilement. Dans les pays où les hôpitaux ne sont pas très répandus, s’accroupir est aussi une position associée à cette partie la plus fondamentale de la vie: la naissance.

    Ce n’est pas spécifiquement l’Ouest qui ne s’accroupit plus; ce sont les classes riches et moyennes du monde entier. Mon collègue Quartz, Akshat Rathi, originaire d’Inde, m’a fait remarquer que l’observation du gourou serait aussi vraie pour les riches des villes indiennes que pour l’Occident.

    Mais dans les pays occidentaux, des populations entières – riches comme pauvres – ont abandonné la posture. Dans l’ensemble, s’accroupir est considéré comme une posture désinvolte et inconfortable, que nous évitons complétement. Au mieux, nous pourrions l’entreprendre au cours d’un Crossfit, d’un Pilates ou en soulevant à la gym, mais seulement partiellement et souvent avec des poids (une manœuvre répétitive qu’il est difficile de s’imaginer comme utile il y a 2,5 millions d’années). Cela ne tient pas compte du fait que l’accroupissement profond en tant que forme de repos actif est intégré à notre passé évolutionnaire et développemental : ce n’est pas que vous ne pouvez pas vous asseoir confortablement dans un accroupissement profond, c’est juste que vous avez oublié comment.

    Le jeu a commencé avec la posture accroupie, explique l’auteur et ostéopathe Phillip Beach. Beach est connu pour avoir été le pionnier de l’idée de postures archétypales. Ces positions, qui s’ajoutent à un accroupissement profond avec les pieds à plat sur le sol, comprennent s’asseoir avec les jambes croisées, s’agenouiller sur les genoux et les talons. ne sont pas seulement bonnes pour nous, mais sont profondément ancrées dans la façon dont nos corps sont construits.

    Vous ne comprenez vraiment pas les corps humains jusqu’à ce que vous réalisiez à quel point ces postures sont importantes, me dit Beach, qui est basé à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Ici en Nouvelle-Zélande, il fait froid, humide et boueux. Sans un pantalon moderne, je ne voudrais pas poser mon dos dans la boue froide et humide, donc [en l’absence d’une chaise] je passerais beaucoup de temps accroupi. La même chose pour aller aux toilettes. Toute  votre physiologie est construite est autour de ces postures.

    Dans une grande partie du monde, s'accroupir est aussi normal que de s'asseoir sur une chaise.
    Dans une grande partie du monde, s’accroupir est aussi normal que de s’asseoir sur une chaise.

    Alors pourquoi s’accroupir est-il si bon pour nous ? Et pourquoi tant d’entre nous ont-ils arrêté de le faire ?

    Il s’agit simplement de «l’utiliser ou de le perdre», explique le Dr Bahram Jam, physiothérapeute et fondateur de l’Advanced Physical Therapy Education Institute (APTEI) en Ontario, au Canada.

    Chaque articulation de notre corps contient du liquide synovial. C’est l’huile dans notre corps qui nourrit le cartilage, explique Jam. Deux choses sont nécessaires pour produire ce fluide : le mouvement et la compression. Donc, si une articulation ne traverse pas toute cette gamme – si les hanches et les genoux ne dépassent jamais 90 degrés – le corps dit «je ne suis pas utilisé» et commence à dégénérer et arrête la production de liquide synovial.

    Un système musculo-squelettique sain ne nous permet pas seulement de nous sentir agiles et frais, il a aussi des implications pour notre santé en général. Une étude réalisée en 2014 dans l’European Journal of Preventive Cardiology a révélé que les sujets qui avaient des difficultés à se lever du sol sans soutien des mains, du coude ou de la jambe (ce que l’on appelle le test s’assoir-se levert

    En Occident, la raison pour laquelle les gens ont cessé de s’accroupir régulièrement a beaucoup à voir avec notre conception des toilettes. Les trous dans le sol, les toilettes extérieures et les pots de chambre ont tous nécessité la position accroupie, et les études montrent qu’une plus grande flexion de la hanche dans cette posture est corrélée avec moins de tension quand on se soulage. Les toilettes assises ne sont en aucun cas une invention britannique – les premières toilettes simples remontent à la Mésopotamie au IVe millénaire AEC., alors que les anciens Minoens de l’île de Crète auraient été les pionniers de la chasse d’eau – mais elles furent d’abord adoptées en Grande-Bretagne par les Tudors, qui enrôlèrent des «palefreniers» pour les aider à se soulager dans des cabinets ornés comme des trônes au XVIe siècle.

    Au cours des deux siècles qui suivirent, l’innovation en matière de toilettes fut lente et inégale, mais en 1775, un horloger nommé Alexander Cummings développa un tuyau en forme de S qui reposait sous une citerne surélevée, un développement crucial. Ce n’est qu’après le milieu du XIXe siècle, lorsque Londres a finalement construit un système d’égouts fonctionnel après des épidémies de choléra persistantes et l’horrible “puanteur” de 1858, que les toilettes assises entièrement lavables commencent à apparaître fréquemment chez les gens.

    Le Lillipad est conçu pour s'asseoir au niveau ou au-dessous du bord des toilettes.
    Le Lillipad est conçu pour s’asseoir au niveau ou au-dessous du bord des toilettes.

    De nos jours, les toilettes à la turque de style accroupi que l’on trouve à travers l’Asie ne sont pas moins hygiéniques que les toilettes occidentales. Mais Jam dit que le passage de l’Europe à la conception du trône assis a privé la plupart des Occidentaux de la nécessité (et donc de la pratique quotidienne) de s’accroupir. En effet, la prise de conscience que l’accroupissement mène à de meilleurs mouvements de l’intestin a alimenté la popularité culte du Lillipad et du Squatty Potty, plates-formes surélevées qui transforment une toilette de style occidental en toilette à la turque et permettent à l’utilisateur de s’asseoir dans une position fléchie qui imite l’accroupissement.

    Si l’accroupissement nous parait si inconfortable c’est parce que nous ne le pratiquons pas, dit Jam. Mais si vous allez aux toilettes une ou deux fois par jour pour une selle et cinq fois par jour pour la fonction de la vessie, c’est cinq ou six fois par jour que vous vous êtes accroupi.

    Bien que le malaise physique soit la principale raison pour laquelle nous ne nous accroupissons plus, l’aversion de l’Occident pour l’accroupissement  est également culturelle. Bien que s’accroupir ou s’asseoir les jambes croisées sur une chaise de bureau serait parfait pour l’articulation de la hanche, la garde-robe du travailleur moderne – sans parler de l’étiquette formelle du bureau – rend généralement ce type de posture irréalisable. La seule fois où nous pourrions nous attendre à ce qu’un leader ou un élu de l’Ouest plane près du sol, c’est pour une séance photo avec de jolis jardins d’enfants. En effet, les gens que nous voyons accroupis sur le trottoir dans une ville comme New York ou Londres ont tendance à être les types de personnes que nous dépassons dans une arrogante précipitation.

    Quelque part nous considérons comme primitif et de statut social inférieur de s’accroupir, explique Jam. Quand nous pensons à l’accroupissement, nous pensons à un paysan en Inde, ou à un villageois d’une tribu africaine, ou à un plancher urbain insalubre. Nous pensons que nous avons évolué au-delà de cela, mais en réalité nous nous en sommes vraiment éloignés.

    Avni Trivedi, une doula et ostéopathe basée à Londres (révélation: je lui ai rendu visite dans le passé pour mes propres douleurs induites par ma façon de m’asseoir) dit qu’il en va de même de l’accroupissement comme de la position d’accouchement, qui est toujours pratiquée dans plusieurs régions du monde en développement et qui est de plus en plus préconisé par les mouvements d’accouchement holistiques en Occident.

    Dans une position d’accouchement accroupie, les muscles se relâchent et vous permettez au sacrum d’avoir un mouvement libre pour que le bébé puisse pousser vers le bas, la gravité jouant également un rôle, dit Trivedi. Mais le fait de percevoir cette position comme primitive est la raison pour laquelle les femmes sont passées de cette position active à l’alitement , où elles sont moins incarnées et interviennent moins dans le processus d’accouchement.

    Photographie d'un enfant accroupi
    Les enfants de l’Ouest s’accroupissent avec aisance. Pourquoi leurs parents ne le peuvent-il pas ?

    Alors devrions-nous remplacer s’asseoir par s’accroupir et dire au revoir à nos chaises de bureau pour toujours ? Beach souligne que «toute posture maintenue trop longtemps cause des problèmes» et des études suggèrent que les populations qui passent trop de temps dans un accroupissement profond (plusieurs heures par jour) ont  plus de problèmes de genou et d’arthrose.

    Pour ceux d’entre nous qui ont largement abandonné l’accroupissement, Beach nous dit que: «Vous ne pouvez pas vraiment faire grand-chose.» Au-delà de ce type de mouvement améliorant notre santé et notre souplesse, Trivedi souligne qu’un intérêt croissant pour le yoga dans le monde est peut-être en partie une reconnaissance du fait qu’ «être sur le sol vous aide physiquement à être ancré en nous-même», – quelque chose qui manque largement à nos vies hyper-intellectualisées et dominées par l’écran.

    Beach convient que ce n’est pas une tendance, mais une pulsion évolutionnaire. Les mouvements de bien-être modernes commencent à reconnaître que la “vie au sol” est la clé. Il soutient que l’acte physique de nous ancrer a contribué fortement au devenir de notre espèce. En un sens, l’accroupissement  est l’endroit d’où viennent les humains, chacun d’entre nous, il nous incombe donc de le revisiter aussi souvent que possible.  

    Article lu sur le Blog:

    Tiandi

    Le ciel est pur, la terre tranquile

  • Concernant les huiles essentielles

    Pour les personnes qui ont l'habitude de se soigner avec les huiles essentielles, attention concernant le covid-19:

     

    Dernière minute mardi 24 mars à 20h51 :

    Note de La Cagette :
    Comme précisé ci-dessous nous vous transmettons le message que nous a envoyé notre fournisseur d'huiles essentielles par principe de précaution. Chacun·e est juge de ce qu'elle·il fait avec sa santé, La Cagette n'est ni médecin, ni biologiste et ne donne donc aucun conseil de prescription de quoi que ce soit. Chacun·e a l'entière responsabilité de ses avis, La Cagette ne saurait cautionner aucun d'entre eux hormis le principe de précaution.

    Voici le message que La Cagette a reçu de notre fournisseur d'huiles essentielles :

    Chers amis-des-Sens,

    Ce week-end, le ministre de la santé a déconseillé la prise d'anti-inflammatoires
    et plus précisément des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qui pourraient aggraver l'infection du COVID-19 (les personnes actuellement en cours de traitement ne doivent cependant pas le stopper sans en parler au préalable à leur médecin).

    Certaines huiles essentielles sont anti-inflammatoires, et nous avons donc étudié la question en urgence.
    Voici nos recommandations :

    1. Par mesure de précaution, n'utilisez vraiment pas d'huile essentielle de Gaulthérie, qui est composée en grande partie de salicylate de méthyle, molécule proche de l'aspirine. Il ne faut pas l'utiliser pendant toute la durée de l'épidémie.

    2. Evitez dans la mesure du possible les huiles essentielles contenant en
    grande proportion les molécules suivantes : citronnellal, citrals,
    chamazulène, beta caryophyllene, germacrène D, acétate de citronellyle.

    En voici une liste, non exhaustive, mais qui couvre les huiles essentielles
    les plus connues :
    - Eucalyptus Citronné (citronnellal),
    - Combava (citronnellal + acétate de citronellyle),
    - Citronnelle de Java (citronnellal),
    - Myrte Citronné (citrals (géranial et néral)),
    - Lemongrass (citrals),
    - Verveines (citrals)
    - Mélisse (citrals).
    - Achillée Millefeuille (chamazulène + beta-caryophyllene + Germacrène D),
    - Tanaisie annuelle (chamazulène),
    - Camomille Matricaire (chamazulène),
    - Copaïba (beta-caryophyllene),
    - Poivre Noir (beta-caryophyllene),
    - Ylang Ylang (beta-caryophyllene, Germacrène D),
    - Clou de Girofle (beta-caryophyllene),
    - Hélichryse de Madagascar (beta-caryophyllene)
    - Verge d'Or (Germacrène D)
    - Gingembre (Germacrène D, curcumène, zingiberène).

    Cette liste se veut être la plus complète possible mais elle n'est pas exhaustive. En cas de doute sur une huile essentielle, nous vous conseillons de prendre toutes les précautions et de ne pas l'utiliser. Nous souhaitons également préciser que nous nous sommes focalisés sur les huiles essentielles car ce sont les extraits naturels les plus concentrés en molécules actives. Du fait de leur infime concentration en molécules aromatiques, les plantes utilisées en tisane, les hydrolats ou les macérats de bourgeons ne sont pas concernés.

    Bon courage à chacun d'entre vous pour ces jours difficiles qui nous attendent, restons unis.

    Essentiellement vôtre.

    Théophane de la Compagnie des Sens

  • Gel désinfectant au naturel.

    Si vous êtes en rupture de stock et que vous ne pouvez vous laver les mains, cette recette a l'air très bien... si vous avez les ingrédients à la maison!

    GEL DÉSINFECTANT ET PURIFIANT DOUX POUR LES MAINS : LA RECETTE 

    ateliersaunaturelBLOGConseils au naturelRecettes

    gel antibactérien maison

    Très pratique lorsqu’on n’a pas accès à l’eau et au savon, ce gel antibactérien naturel laisse les mains douces et hydratées grâce à sa forte teneur en gel d’aloé vera.  Il a aussi l’avantage d’être est doux pour les mains car faiblement dosé en alcool.

    RECETTE DU GEL DÉSINFECTANT POUR LES MAINS

    Pour  un flacon spray de 30 ml :
    25 ml de gel d’aloe vera (= 2 grosses cuillères à soupe)
    5 ml d’alcool à 70° ou de l’alcool à 90 ° (= une cuillère à café)
    5 ml d’huile végétale, olive, amande douce, jojoba… (= une cuillère à café)
    10 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (= tea tree) et 5 gouttes d’huile essentielle de ravintsara (ou d’huile essentielle de lavande)

    PRÉPARATION 

    Dans un récipient, versez l’alcool puis les huiles essentielles. Mélangez bien. Ajoutez ensuite le gel d’aloe vera et l’huile végétale, mélangez et transférez dans votre flacon spray. Étiquetez votre flacon (nom de la préparation, date de fabrication, DLUO).

    UTILISATION

    Placez une petite noisette du produit dans le creux de votre main, puis frottez vos mains l’une contre l’autre jusqu’à pénétration complète du produit.

    PRÉCAUTIONS

    Ne convient pas aux enfants de moins de 3 ans. Se conserve 2 mois à l’abri du soleil et de la chaleur. Réservé à un usage familial.

    DES INGRÉDIENTS AUX PROPRIÉTÉS ANTISEPTIQUES EXCEPTIONNELLES : 

    Gel d’aloe vera
    Excellent hydratant, purifiant et anti-bactérien. Apaisant, il calme les inflammations, et stimule la réparation de la peau.

    L’alcool à 70 ° ou à 90 °
    Désinfectant, antiseptique, bactéricide. Trop d’alcool assèche et irrite les mains.

    L’huile essentielle d’arbre à thé (melaleuca alternifolia)
    Antibactérienne à large spectre, antifongique, antiparasitaire, antivirale, antiseptique et purifiante.

    L’huile essentielle de ravintsara (cinnamomum camphora CT cinéole)
    Antivirale et microbicide exceptionnelle,   anti-infectieuse puissante, antibactérienne.

    L’huile végétale 
    Adoucit et hydrate. Les autres propriétés seront différentes selon les huiles végétales utilisées.

  • Thé au gingembre

     Un breuvage au gingembre  pour des journées d’automne sans grippe ni rhume...

    (Source: Blog Santé Nutrition)

    Les bienfaits du thé au gingembre pour la santé:

    • Il renforce le système immunitaire
    • Accélère la récupération en cas de maladie
    • Atténue les irritations de l’estomac
    • A un impact favorable sur le système nerveux
    • Stimule le travail des intestins, apaise les flatulences
    • Stimule la circulation
    • Il vous réchauffera mieux que toute couverture

    Ingrédients:

    • 1 morceau de gingembre frais (2-3 cm de long)
    • 1 litre d’eau
    • 2 cuillères à soupe de miel
    • 1 citron

    Préparation:

    Epluchez le gingembre et coupez le en fines tranches. Mettez le gingembre dans une casserole d’eau bouillante. Faites bouillir cette racine aromatique au moins 15 à 20 minutes à feu doux. Ensuite, mettez la casserole hors du feu et laissez reposer pendant 5 minutes. Filtrez le liquide et puis sucrez avec du miel et ajoutez du citron si vous voulez.

    Gingembre

  • Feuille de laurier brûlée

      Laurier feuille bio

    Feuille de laurier : brûlez-la  pour éliminer la fatigue et les tensions.

    Le laurier est un arbuste à feuilles coriaces, originaire du bassin méditerranéen. Très aromatiques, ses feuilles constituent la base du fameux « bouquet garni » de la cuisine française.

    Les lauriers sont utilisés en horticulture, comme des arbres de couverture, dans la cuisine comme plante aromatique, et dans la médecine populaire comme plante médicinale.

    La feuille de laurier accentue le pouvoir antioxydant des aliments, contribuant ainsi à un système immunitaire plus fort, la protection contre les effets nocifs des radicaux libres, la cicatrisation des plaies et la protection contre les virus.

    Les feuilles de laurier sont riches de vitamine A, qui entretient et protège les muqueuses et la peau, Et a un effet positif sur l’humeur.

    Les huiles essentielles de laurier  améliorent la fonction digestive. Son infusion stimule l’appétit et la digestion, aide à calmer les nausées, et soulage les ulcères, les crampes et ballonnements.

    Les huiles essentielles  extraites des baies de lauriers  aident dans le traitement de l’arthrite, les douleurs musculaires, la bronchite et grippe.

    Pour créer une atmosphère relaxante propice à la détente, brûler des feuilles de lauriers dans une pièce fermée, en restant en dehors. Après 10 minutes revenez dans la pièce…l’air est saturé d’une odeur magique qui vous calmera et vous apaisera instantanément. C ‘est un véritable encens de relaxation.

    La feuille de laurier agit comme anti rhumatismal, antiseptique, bactéricide, diurétique, sédatif, et antioxydant. Il a un effet positif sur l’humeur. De même, les feuilles et les baies sont également efficaces dans le traitement de l’hystérie, et de la grippe neurasthénie de l’estomac.

    Quelle(s) vertu(s) santé ?

    Le laurier réveille l’appétit et redonne de l’énergie aux organismes affaiblis. Il est indiqué pour soulager les flatulences et stimuler les estomacs paresseux. Des phytothérapeutes le conseillent même contre l’arthrite et les maux de dents. En essence, il sera utilisable contre les entorses et les meurtrissures.

    Vous pouvez aussi l’utiliser en infusion :

    Une infusion qui soulage les flatulences:

    2 g pour 100 ml d’eau bouillante, à prendre après le repas.

    Feuille de laurier : brûlez-la pour éliminer la fatigue et les tensions. source : healthylifetricks

    - See more at: http://sain-et-naturel.com/feuille-de-laurier-brulez-la-pour-eliminer-la-fatigue-et-les-tensions.html#sthash.XBZea2lK.dpuf

 

Art du Vivant

Art d'être soi

Art d'être ensemble

Art du mouvement en osmose avec le Vivant!


 

            

Colibris