La découverte de Pétra

Petra 2

                                                                         Cette semaine à Sarlat

                                              ...Une conférence à ne pas manquer!                                  

 

 

Bernard Bousquet:

 Ingénieur forestier et écologue de terrain, s'est investi dans la gestion des espaces protégés. Après l'Asie et l'Afrique, il a parcouru plusieurs sites naturels et culturels dans les pays du Proche et du Moyen-Orient. En Jordanie, il a coordonné le plan d'aménagement du parc archéologique de Pétra inscrit au patrimoine mondial de l'humanité (Unesco). Il signe ici son premier roman, ayant déjà publié un Guide des parcs nationaux d'Afrique (Delachaux & Niestlé) et une brochure, A la découverte de Pétra, à l'attention des visiteurs.

Résumé  de ce roman historique: "Le magicien de Pétra"

Voici un étonnant voyage d'aventure, une fresque romancée librement inspirée de la vie de l'un des plus grands, et pourtant des plus méconnus explorateurs du XIXe siècle : Jean Louis Burckhardt.

Ce jeune homme audacieux se transforme en Cheikh Ibrahim Ibn Abdallah, musulman pauvre mais érudit – ne dit-on pas de lui qu'il a "sucé l'islam avec le lait de sa mère !" – qui se lance en 1812 sur les routes du Levant, alors semées d'embûches, au travers des redoutables déserts de Syrie et du Sinaï, pour relier Damas au Caire... "Ibrahim d'Arabie" avant Lawrence !

Voyageur précis, rigoureux, subtil diplomate, s'initiant peu à peu aux moeurs séculaires des Bédouins du désert, après moult péripéties, Burckhardt va découvrir dans les montagnes escarpées du pays d'Edom, au sud de la mer Morte, la fabuleuse cité de Pétra que l'on connaissait que par les écrits anciens. Mais des tribus bédouines, fières et belliqueuses, aux moeurs inchangées depuis Abraham, la gardent jalousement depuis l'époque des croisades. Pris pour un "magicien", Ibrahim, poursuivi, chutera involontairement au creux des rochers. Et rêve ou réalité, il basculera au bout des âges dans le monde des Nabatéens où il vivra une aventure étrange et merveilleuse dans Pétra à son apogée.

Ajouter un commentaire

 

Taichi…
 

            … ça sonne comme le nom d’une fleur
                 ça résonne comme le nom d’une île lointaine.

Mais c’est ici, chez nous, entre nous.

Entre le poids du corps sur la Terre, et la légèreté du souffle en mouvement.

Voguant sur des flots paisibles, le Chi nous invite à une joyeuse rencontre, à un temps convivial ;

Celui de l’être-soi, tout en faisant battre le cœur de l’être-ensemble.

Chacun à sa place. Chacun à son rythme, à son envie, à son ressenti. Le pas est prêt, et ça n’est jamais fini. Ca frémit, ça « frichtille », ça s’écrit à l’infini.

C’est le voyage du Chi, celui qui, sans nom, fait le tour du monde tout en restant ici.

Alors à dos de Terre, par tous les Airs, le temps se suspend et se surprend…

Et tous, seuls, nous nous retrouvons très nombreux, à battre d’un seul cœur, celui de l’écoute et de l’attention à l’autre ;

cette écoute qui nous redonne nos sens.

De là surgit un cri silencieux, celui d’être pleinement vivant.

Un cri qui résonne bien plus fort que tous les bruits de notre monde en tumulte.

Le Chi navigue, et danse, au travers d’un chant qui nous accorde. En silence, mais à tue-tête.

Et là, au creux de soi, un combat doux et puissant s’anime.

Un combat baigné d’Océan pacifique.

Un combat mené depuis la Nuit des Temps, qui s’avère être une si belle rencontre, de cœur à cœur, de corps à corps.

Un combat pour l’être soi, tous ensemble.


Johanna GALLARD
   ( présidente de l’Association Art du Vivant)
Février 2019

Colibris